Correspondance

J'ai toujours eu un faible pour les lettres ,les cartes postales ,les petits mots laissés sur un post-it ...bref ,tout ce qui est écrit à la main par une personne connue .J'adore parceque ça laisse des traces.des traces écrites qui feront des souvenirs dans quelques années .C'est pour ça que j'insiste pour qu'on m'envoie une petite carte pour les vacances ou pour Noêl ou les voeux du premier de l'an.

J'aime écrire des lettres et j'aime lire des lettres .J'ai donc ,forcément ,beaucoup apprécié le livre ,publié chez Stock, compilant toutes les lettres échangées entre Virginia Woolf (une grande écrivain anglaise)et Vita Sackeville-West ( romanciére,jardiniére,grande voyageuse). Des lettres échangées pendant 18 ans (du 23 mars 1923 jusqu'au 22 mars 1941). Des lettres de bonheur,d'échanges artistiques ,de petits potins mondains ,18 ans d'échanges de deux vie trés riches.Les lettres s'arrêteront avec le suicide de Virginia Woolf en 1941.

VirginiaWoolfVoici quelques extraits qui vous donneront sans doute envie d'aller plus loin dans le plaisir de lire ces lettres :

De Vita à Virginia (17 janvier 1926)

"La neige évoque pour moi tant de choses particuliéres.Elle évoque un épais et doux flop flop tandis qu'à coups de pelle on la déverse des toits et qu'elle s'effondre dans la cour.Elle évoque l'étrange et mélancolique appel qui convie les daims à venir manger et qui les assemble ,bondissant de tous les coins du parc.Elle évoque ces choses d'une maniére tout à fait intime,comme le tic-tac de la pendule dans la chambre évoque quelque chose qui est partie intégrante de soi-même."

De Virginia à Vita (1er décembre 1926)^

"Quel plaisir de recevoir une lettre de toi,chére Créature-Non,hier,ce n'était pas les gens-j'avais la tremblote,m'étant fait tremper jusqu'aux os à Rodmell-rien d'autre-je me suis couchée,j'ai pris de l'aspirine ,je me suis réconfortée avec une bouillotte et aujourd'hui tout va bien,si ce n'est que j'ai incroyablement sommeil.Je n'en suis pas moins d'accord avec toi-les gens,c'est l'enfer..."

Vita_Sackville_WestDe Vita à Virginia (29 mai 1926)

"Cette griserie de solitude...Tout au long du jour je sarcle,-une jolie récolte de pommes de terre s'annonce dans les nouvelles plates-bandes,-je proméne les petits chiots à travers les boutons d'or,j'entends le coucou,il m'arrive même de le voir,-passant de son vol festonné de bosquet en bosquet,-je rentre dîner,un dîner solitaire:du mouton froid et le vin d'Espagne que tu avais aimé;surgit alors le vieux probléme:que lire pendant le dîner,quel ouvrage maintenu ouvert par la fourchette ?"

Vous allez adorer ce recueil de lettres ,j'en suis certaine .

Alors comme lorsque vous aurez plongé le nez dedans vous n'en sortirez pas ,prévoyez un sandwich concombre-rosbiff comme il se doit quand on lit de la littérature anglaise.

Bye et à bientôt